1. Home Page
  2. La Semaine Infernale

[La semaine infernale, Raoul Reyers] L'énorme prix de Francorchamps

The 2008-06-15 at 20:00 by Eddy. In La Semaine Infernale.

Ce n’est pas tellement la grippe aviaire qui me fait penser à un arrière-goût de fin du monde. Ce n’est pas non plus ce réchauffement de la planète tant redouté qui provoque tempêtes et ouragans partout dans le monde qui me donne des frissons dans le dos. Je supporte encore stoïquement cette flambée des prix des moyens de subsistance qui nous rapproche de plus en plus du seuil de pauvreté. Je ne m’émeus pas du fait qu’il y aurait une nouvelle arrivée en fraude d’armes lourdes dans le pays de Charleroi, où, pour 2000 €, on vous propose une roquette capable de pulvériser un véhicule transporteur de fonds. Je ne sourcille pas quand on me dit par la bande que tout ce qui se passe à Charleroi est connu de tous et tellement au grand jour qu’on trouve ça presque normal. Que si le dernier Ikéa se construit plutôt dans la région du Sud-Luxembourg, c’est parce que les pots-de-vin demandés par les élus locaux de la région s’élevaient à presque un million d’euros et que c’était quand même un peu exagéré. Non, tout cela ne m’étonne ou ne m’inquiète qu’à moitié.

Ce qui me tue, ce qui me donne la rage au ventre, c’est le ridicule car quand on dit qu’il ne tue pas, on s’aperçoit qu’il aura bientôt la peau du Grand Prix de Francorchamps.

Là où je m’inquiète pour mon pays, c’est quand j’entends dire des conneries du style: «Le prochain Grand Prix de Formule un sera organisé en collaboration avec le grand-duché de Luxembourg.» Et pourquoi pas le faire une fois sur deux à Francorchamps et l’autre fois à Esch-sur-Alzette? On pourrait ainsi décorer les abords du circuit avec des publicités pour le sirop de Liège et la bière Bofferding. Faire payer la crise par les riches, c’est un peu ça le raisonnement. Quand on sait que cette seule manifestation coûte 5 € par tête de Wallon, on se dit qu’avec tout le pognon qu’on a laissé en dépôt chez eux, les Luxembourgeois peuvent bien nous payer un grand prix. Et encore, comme me le faisait remarquer un auditeur, on ne parle plus ici de grand prix mais d’énorme prix.

Et pourquoi pas un pilote luxembourgeois, tant qu’on y est, un type qui viendrait avec son essence de Martelange et qui narguerait les autres avec sa plaque jaune et noire? Sa bagnole serait décorée avec des publicités «A l’amitié avec Diekirch».

Il semblerait que ce soit un pari fait entre les ministres wallons. Le premier qui arrive à parler du Grand Prix de Formule 1 de Wallonie Luxembourg à la télé, sans rire, a gagné un week-end gastronomique au Roannay, le restaurant de luxe à proximité du circuit. Jean-Claude Marcourt a réussi avec brio ce morceau de bravoure sur RTC Canal Liège.

Le prochain challenge serait d’annoncer un festival du rire Wallonie Luxembourg, un truc qui aurait lieu l’après-midi car tout le monde sait qu’à huit heures du soir, tout le monde dort à Luxembourg.

Evidemment, c’est toujours notre Premier ministre qui garde la cagnotte car c’est quand même lui qui nous annonçait droit dans la caméra, il n’y a pas si longtemps, qu’il allait créer 200000 emplois en un coup de cuiller à pot.

Comme on dit toujours, il vaut mieux en rire mais en attendant, ça devient de plus en plus difficile d’arracher un sourire le samedi matin. Bon allez, je vous laisse, je vais essayer de trouver une société de logements sociaux qui pourrait me prêter de quoi construire une nouvelle maison en oubliant de me demander d’honorer les remboursements.

Add a comment

required but not shared or displayed