1. Home Page
  2. La Semaine Infernale

[La semaine infernale, Frédéric Jannin] Comme...Un peu

The 2008-05-01 at 08:00 by Eddy. In La Semaine Infernale.

Bonjour, monsieur, euh… monsieur le directeur. Hem. Voilà. Soyez le bienvenu.

Nous sommes très heureux de vous avoir, euh, comme directeur. D’abord, parce qu’il en faut, hein. Ça, oui! Euh, pour décider, euh, diriger, tout ça. Il en faut, ça, s’il n’en fallait pas, on ne vous aurait pas appelé. Mais bon. Il paraît qu’on a beaucoup beaucoup cherché. Un peu partout.

D’abord ici, en Belgique… mais bon. Vous savez c’est un petit pays, on a vite fait le tour, hein! Il y a d’abord tous les Flamands, ce qui fait déjà une bonne moitié. Alors dans les francophones, on en avait déjà achevé, euh, essayé plein. Des professionnels de l’audiovisuel, quoi. Des décideurs qui savent bien lire les tableaux d’audimétrie, qui savent interpréter les chiffres, tout ça. Mais avec les Belges, ça n’a pas donné grand-chose. Peut- être le Belge n’est pas fait pour être directeur.

Le problème, vous voyez, c’est que c’est si petit que tout le monde connaît un peu tout le monde, alors c’est délicat pour prendre des décisions. Pour ça, c’est mieux que vous soyez là, vous allez pouvoir trancher plus facilement! Pour bien prendre les décisions. Parce que attention, c’est un outil merveilleux, hein. Nous avons éééénormément de talents dans cette maison, qui sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes, du moment qu’on n’exagère pas avec les dépassements d’heures, ou les restrictions de budget, tout ça. En tout cas, ici, on ne compte pas! Il ne faudra pas commencer à prétendre que tout est une question d’argent et tchic et tchac. Nous autres, on bosse pour le plaisir, vous verrez. D’abord le plaisir, les chiffres, c’est pour après.

C’est bon que vous soyez là, parce qu’on ne savait plus bien quoi inventer, nous autres, ces derniers temps. On a tout essayé. On a fait des émissions un peu comme chez vous, des sous-Ruquier, des sous-Arthur, des sous- Delarue, des sous-Ardisson, des sous-Fogiel, mais attention, des sous, mais avec moins de sous, hein. Pratique, ça nous donnait l’excuse, si on ratait, de prétendre que c’était parce qu’on n’avait pas assez de sous pour bien faire des sous.

Ah! c’est pas les idées qui manquent. Mais disons que c’est difficile de convaincre un directeur sans lui dire «On a un suuuper projet: c’est UN PEU COMME telle ou telle émission qui passe sur l’autre chaîne, là, et qui cartonne, donc on va faire aussi bien et ça va cartonner…» Le souci, si vous voulez, c’est que souvent, ces temps-ci, ça ne cartonne pas… Sais pas pourquoi, et ne venez pas me dire que c’est un problème de budget! Alors on va aussi chercher des concepts d’émissions flamandes. Voilà une bonne idée! Pourquoi chercher si loin? On rachète (pas trop cher, hein) des concepts d’émissions qui cartonnent chez les flamoutchs. Et on voit venir… Comme ça, si ça ne marche pas, c’est pas tout à fait notre faute. D’ailleurs, pour pousser l’idée un peu plus loin, si vous ne trouvez rien, enfin, si vous hésitez ou quoi, pourquoi ne pas reprendre carrément les émissions flamoutches qui cartonnent, et les faire simplement doubler par des Wallons? Ça ne doit pas être si cher, hein, de faire bien doubler les voix. UN PEU COMME un feuilleton américain doublé, mais à la place, ce serait un jeu flamoutch. Pourquoi pas?

Dites, Yves, je peux vous appeler Yves, franchement, si vous avez un petit souci pour sauver le paysage audiovisuel belge, n’hésitez pas à nous appeler, hein. Parce qu’ici, on a des tas de bonnes idées!

Add a comment

required but not shared or displayed